Tahitien fûté voyageur voyages L’aventure parisienne comment se débrouiller ?

L’aventure parisienne comment se débrouiller ?

partir à l'aventure
Paris je arrive !

J’ai constamment rêvé de reprendre l’avion depuis ma formation stew en 2011. Pourtant, je me suis donné de fausses excuses pour ne plus partir malgré les occasions. D’abord avec un anglais médiocre suivi d’une peur d’aller vers l’inconnu. La meilleur ! Je devais prendre le volant alors que jamais j’ai conduis à Los Angeles auparavant. Loin de moi l’idée de partir seul : pourquoi pas ? Au bout du compte, je me suis décidé à partir à l’aventure et remercie d’ailleurs Ariihau qui m’a donné le courage de repartir en voyage. Voyons alors avec quelle habileté je m’en suis sorti à Paris.

Le coup de tête

Juin 2015, un déclic j’ai eu après lecture du livre de John Izzo « Ce qu’il faut savoir avant de mourir ». En résumé, dans la vie l’action entreprise affecte-t-elle son propre bonheur ? Mes questions furent les suivantes. Mais que perds-tu si tu parts ? Rien ! Pouvais-je partir en toute sécurité ? Oui. Alors, vas-y ! Tout bien réfléchi, grâce à un billet Papeete Los Angeles Papeete et je voulais partir loin. N‘ayant pas eu l’opportunité de visiter Paris en 2011, j’ai finalement choisi de retourner à la ville de l’amour.

Le séjour s’est alors planifié en deux jours et l‘itinéraire se résumait à une nuit à Los Angeles puis Paris pour 10 jours. De retour à LAX pour 2 nuits et je revenais à Tahiti. L’objectif de ce déplacement est de se débrouiller tout seul, s’amuser, apprendre et découvrir.

L’aventure commence sur Los Angeles

Tout seul ! Un voyage de ouf car j’éprouvais 2 sensations. D’un côté, j’étais tout excité à l’idée de m’éloigner jusqu’à l’autre bout de la Terre. De l’autre, une peur bleue d’aller en solo vers les États-Unis et devoir s’exprimer en anglais difficilement. Bref, à la débrouillardise ! Pire encore, devoir conduire sur les autoroutes en Californie.

Dès l’Arrivée à LA, je suis bien sorti de l’aéroport sans trop savoir où aller ni comment faire pour la voiture. Un gars m’a déposé en contre partie d’une compensation. Cela dit, ne faites jamais ça !

Comment récupérer sa voiture ?

Au cas où, c‘est écrit Rental Cars. Tout est bien affiché, observez juste les panneaux pour mieux vous retrouver. Primo, rendez-vous devant l’arrêt des navettes. Ensuite, prenez la navette qui vous emmène gratuitement jusqu’à l’entreprise de location. Montez dans le bon bus puis déposez vos bagages et le shuttle vous déposera directement au spot de location.

A l’arrivée, descendez vos bagages puis, mettez-vous dans la file d’attente jusqu’à attendre votre tour. Donnez  le permis, carte d’identité, de crédit tout en remplissant les papiers et réglez. Après, direction le parking de voiture.

Il faut souligner que tout dépend du service, soit : 

  •  Vous aurez le parking devant vous avec les différentes catégories de véhicules. Les clés sont déjà dessus normalement, vous n’avez plus qu’a choisir et montez. Cette fois là, j’ai  juste entendu « pick-up and choose ! » Traduction : A rave ta ‘oe ‘e hina’aro… Ok !
  • On vous donne les clés et vous récupérez la baniole 
  • Le véhicule est livré juste devant vous

Avant de sortir au dernier contrôle de routine, présentez le permis puis lorsque tout est ok, c’est reva outou !

Dans la mesure où vous n’utiliserez pas le GPS, je vous propose à la place les 6 astuces pour anticiper ses itinéraires en voiture afin de bouger convenablement en route.

La première conduite ? 

OMG ! C’était mortel au volant avec comme seul ami le GPS. Bien qu’au début, je galérais, je m’en suis sorti pas mal pour déjà trouver l’hôtel et le parking. Tera ia ! Au lieu pa’i d’écouter les instructions, fa’ati ma’au noa ia !

D’abord à la réception, Pata hanoa le shalala…   Yeah… Yes ! En effectuant le check-in (cartes de crédit et d’identité), j‘ai laissé parlé le réceptionniste et direct dans ma chambre. Au moins le temps de s’installer, j’ai repris la voiture sans tarder pour apprendre à conduire et me promener pour faire du shopping.

Au bout du compte, cette liberté d’aller grâce au GPS est vraiment géniale ! A force, j’avais moins peur de circuler et je me baladais tranquille moins apeuré de rentrer à l’hôtel comme si hoa j’étais AS.

Et sur le Freeway, c’était pas fast and furious mais il faut appuyer sur le champignon ! Flip roa ia tena !

Retour de la voiture

Ramener la voiture fut un jeu d’enfant puisque je savais exactement où la déposer.

Et pour l’essence ? Ben, faut juste faire le plein de fuel à n’importe quelle station avant de la retourner. Le 91 est recommandé. Soit vous payez avant à la caisse et vous remplissez sinon le contraire. Si toutefois vous avez trop donné, retournez à la caisse pour récupérer le reste de votre argent. Au retour, on la scanne et vous êtes « good to go ! »

Retour à l’aéroport

Vérifiez que vous n’oubliez rien avant de quitter le véhicule. Ensuite, direct à la navette et on repart pour l’aéroport.

Paris me voilà !

voyage de débrouillard à Paris
arrivée à Paris

Les mauvais côtés 

Les escroqueries

Parce que Paris est l’une des villes les plus visité au monde, elle est aussi envahie d’arnaques en tout genre. Notamment la pétition des roumaines qu’on vous fait signer pour aider des personnes handicapés en échange de 10, 30€ ou plus. A compter de 5 personnes autour de vous, ça devient chaud !

Faites attention ! Ecartez-vous, ne leur parlez pas, ne vous arrêtez pas et continuez votre chemin quoi qu’il en soit. Naïf et ma’au hoa ia croyant bien faire, ces c… m’ont carrément eu sous la Tour Eiffel. Pour dire vrai, ces escrocs sont partout même sur les autres sites touristiques, pareil à l’aéroport.

Après ma mésaventure et m’être renseigné, j’ai décidé d’aller dorénavant tôt le matin quand il n’y a pratiquement personne. Par contre, j’ai trouvé que les lieux à visiter étaient sales puisque des zouaves trainaient mégots et bouteilles de la veille. Paris de bon matin !

Problème technique dans le métro 

Ne restez surtout pas dedans à attendre comme un ma’au, car quand c’est en panne, ça met du temps. Donc sortez de là et prenez un autre moyen pour vous rendre à votre points sinon changer de plan.

Les files « serpent »

En ce qui concerne les monuments historiques, au parc d’attraction, vous verrez d’interminables files indiennes qu’à la longue, c’est Fiu ! En gros, ll ne faut pas être pressé mea ma ma ! Pour visiter Paris, il faut aussi passer du temps dans ces files sans fin. De mon point de vue, j’ai abandonne et ai préféré aller là où il n’y avait pas de queue à faire par exemple dans des parcs, Buttes de Chaumont, les jardins de Luxembourg…

Les bons côtés

Profitez des transport public : A ce propos, mieux vaut utilisez les transports en commun, prenez-vous une carte abonnés ou des carnets ; très économique ! Il y en a tellement des choses à voir tels que la Tour Eiffel, l’arc de Triomphe… Paris ne se visite pas à pieds. Ceci dit, vous pourrez aussi bien vous promenez dans des parcs, des jardins, visiter des musées et des monuments historiques. 

Maintenant, il y a Uber qui est partout ! Sinon essayez Lime avec ses trottinettes, vélo et scooter pour vous déplacer en toute sécurité tranquillement.

Côté logement, j’ai opté Airbnb pour avoir mon chez moi. Il propose différents hébergements à tarif raisonnable en fonction du budget pour votre séjour.

Dans les parcs d’attractions, pour éviter les files d’attente, j’ai fini par choisir l’option VIP au parc Astérix à Paris et Universal Studios en revenant sur LA. Bien que ça coûte cher, ça vaut le coup. Surtout si c’est la seule fois dans votre vie, profitez-en ! Perso, je me suis éclaté à fond la caisse. En fait dans un groupe, je me suis retrouvé avec une famille suédo-américaine très gentille avec qui j’ai sympathisé et passé toute la journée grâce au VIP experience : Inoubliable !

Ce que je retiendrais

Suite à ces virées, ayez la liberté de vous construire des nouvelles qualités ; l’enthousiasme, la débrouille, le courage, l’ouverture d’esprit, la communication… ça prouve encore qu’il faut partir pour moins avoir peur et grandir en confiance. En conséquence, mieux vaut faire des erreurs… pour mieux se relever. Voilà pourquoi il faut vivre, tester, s’amuser, prendre le temps, demander pour mieux Avancez ! Créez-vous votre aventure et apprenez pleinement pour mieux apprécier.

J’espère que cet article vous a plu. N’hésitez pas à laisser un commentaire et à le partager.

En attendant,

Voyagez fûté et A ori maita’i !

 

Partager l'article

Laisser un commentaire